villa gallo-romaine de Vivios-Vibianum


VILLA  GALLO-ROMAINE  DE   VIVIOS-VIBIANUM (LESPIGNAN, 34) 
ET 
SON  EMPRISE




Préambule


Avant d’être repris en main par André Lopez, ce sujet passionnant fut présenté initialement dans « Wikipedia », encyclopédie collective en ligne, universelle, multilingue et fonctionnant sur le principe  du « wiki ». dans la rubrique plus que rudimentaire reproduite ci-dessous intégralement, avec ses quelques lignes et son unique illustration que l’on peut consulter aujourd’hui ci-dessous
à titre comparatif, sans en rire car elle est plutôt triste...

Villa Vivios

·         Article

·         Discussion

·         Lire

·         Modifier

·         Modifier le code

·         Voir l’historique

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources(septembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à savérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

La villa Vivos est une villa romaine située dans la commune française de Lespignan, dans le département de l’Hérault.

Cette villa romaine abritait un complexe thermal ; on discerne les canalisations et piscine sur place. Les objets mis au jour par les fouilles sont conservés au musée de Nissan. Sur ce site, une mosaïque est à l’abandon....



Devant cette carence, l’article développé qu' y rédigeât à sa suite  André Lopez était cependant inachevé et encore trés incomplet avec des déplacements d'images par des "utilisateurs" qui ont faussé l'esprit du texte en le rendant moins compréhensible comme on peut en juger aujourd'hui  dans l'Encyclopédie :

* https://fr.wikipedia.org/wiki/Villa_Vivios

Cette mouture dégradée mais néanmoins déjà utilisable fut volontairement détruite en Juin 2021, peut être sur ordre, par un intervenant wikipédien psychopathe de triste réputation auprès des universitaires, personnage qui le ramenât à l’ état antérieur indigent reproduit ci-dessus, avec des commentaires aussi acerbes que grotesques, surpris dans sa discussion avec des "collègues" administrateurs :
« Bonjour, … il s'agit  simplement d'une modification d'un article qui était dans un état déplorable, sans sources secondaires »
(Durifon, "ayatollah" et "glyptodon"
sic, entre autres qualificatifs dont il se parait! ).
 
Elle a pu être été réinstallée miraculeusement en 2022 dans Wikipédia sans la moindre retouche * et devient ainsi comparable dans ce site même ("archentoflor") à la version définitive ci-dessous, en cours d'achèvement. Dans cet état actuel, les données les plus utiles pour un visiteur sont le nouveau plan d’ensemble facilitant la compréhension et le parcours des lieux ainsi que de trés nombreuses figuresqui s'y rattachent. 

Introduction

Le site archéologique de Vivios, classé aujourd’hui comme monument historique (pa00103476) est un complexe architectural gallo-romain  des Haut et Bas Empires situé dans la commune française de Lespignan (Occitanie : Hérault). Au point de vue étymologique, le nom dériverait soit du latin bivium pour bifurcation, soit de Viviers qui désignait, au XVIIIe siècle, un chemin du voisinage et pourrait orienter aussi vers une hypothèse fonctionnelle. En fait, remontant dans le passé[1], il se rattacherait à celui d'un gentilicium du Biterrois : Vibianum (Lévêque et Lopez,2021).
Ce site antique englobait un complexe thermal dont la grande piscine et les canalisations sont les composants les plus spectaculaires. Une mosaïque peu élaborée, encore "présentable" dans les années 90 (Fig.1) et aujourd'hui de plus en plus dégradée (Fig. ...) est visible non loin de l'entrée.



 Mosaïque
Fig.1 - Mosaïque de la pièce L4 dans les années 90
Croisettes et bordure sur béton de tuileaux




Les fouilles "officielles" d'antan ont été dirigées par J. Giry et B. Pauillac lors de plusieurs campagnes, entre 1969 et 1982, puis de 1986 à 1989. Le très abondant mobilier qu'elles ont permis de mettre au jour dans les dépotoirs, surtout celui de la grande piscine, sont conservés, non à Lespignan, mais dans les deux musées de Nissan puis d’Ensérune. Certaines pièces, dont de belles lampes romaines ont disparu, peut être subtilisées au passage lors des transferts !.

Opérations actuelles

Malgré son état désastreux de conservation, aggravé par des fouilleurs clandestins, par un envahissement végétal massif et par des interdits officiels infondés privilégiant son abandon pur et simple plutôt que la recherche, le site fait l'objet, depuis 2018, d'une tentative d'étude pluridisciplinaire. Sans fouilles, elle a pour objectif une valorisation dans le cadre de l’Itinéraire de Découverte d’Archéo-histoire et Nature (IDANH), projet porté par le Parc culturel du Biterrois avec le soutien des 2 communes concernées (Lespignan et Vendres, notamment pour la villa temple de Vénus) et de la communauté de communes "La Domitienne". Les recherches sont notamment suivies par Monique Clavel-Lévêque, André Lopez et Georges Tirologos.
L’objectif est de rassembler les données indispensables et de préciser les éléments scientifiques exigés pour construire des hypothèses de restitution et proposer une valorisation fiable, y compris en 3D.
Les recherches portent sur :
♦ l'étude de l'environnement géologie et botanique
♦ l'identification de la provenance des matériaux antiques et leurs liens avec les carrières proches: «La Cambrasse- Cambresse aux Escaliers», la source de Valère et «Gouldeau»;
♦ l'alimentation en eau, soit depuis le "ravin" presque adjacent, soit à la source de Valère décrite avec « plusieurs bassins bétonnés liés à un aqueduc », si toutefois un système de norias, non attesté jusqu’ici, avait desservi cette dernière;
♦ le système de vidange des eaux usées, impliquant un ensemble remarquable des canalisations, certaines encore inédites;
♦ la topographie, l’agencement et la fonction des quelque 12 pièces mises au jour, notamment les salles à piliers, espace architectural beaucoup plus étendu que supposé initialement;
♦ le fonctionnement du complexe thermal, où les canalisations sont les composants les plus spectaculaires. Le balnéaire, bien identifié, est simple et dépourvu d’abside et comportant, non loin de l'entrée provisoire, une mosaïque bicolore, ornée de croisettes (Fig.1), plus guère visible aujourd’hui.
♦ la fonction du site et le type de la villa qui bien que comportant un complexe thermal développé, n'était probablement pas une villa somptueuse comme en témoigne la pauvreté de la mosaïque vestigiale, où subsistent encore des croisettes, beaucoup moins élégante que celle de La Vernède sur la commune de Nissan-lez-Enserune (Clavel-Lévêque & Lopez,2016) également détruite aujourd'hui en quasi-totalité. Les importants dépotoirs ont livré un matériel de grande qualité, confirmant les premières découvertes aléatoires, et constituent autant d’indices du luxe des installations encore enfouies. Des pans importants de la partie résidentielle échappent toujours.
Les plans disponibles jusqu'ici sont très partiels, de J. Giry à l'assemblage complexe de D. Ugolini et Ch. Olive (2013) et au dernier en date, à murs innominés, de A. Bouet (2003). Ils s'avèrent d'emblée incomplets car tout le tiers sud-est du site, pourtant riche en structures diverses (murs, canalisations, piliers…) lisibles sur les vues aériennes (Fig.1) y fait totalement défaut.


Vue aérienne drone partie sud-est 
Vue aérienne par drone centrée sur la partie sud-est du site (photo Jaladieu)
E, égout sud-oriental et sa terminaison complexe (B) contre talus (T)- M, murs - P, nouveaux piliers (A.Lopez) - S, nouvell
es structures (A.Lopez) -E,C,F,G,J,K, piliers déjà connus.



En 2019, de nouveaux plans d'ensemble plus rationnels et soulignant la zone manquante, ont dû être dressés par M.Clavel-Lévêque et A.Lopez (Fig.1....). Actuellement, une mise au point innovante et dynamique vient  d' être publiée dans un livre collectif  (M.Clavel-Lévêque et A.Lopez-Moncet, 2021)

Données historiques modernes

Malgré leur caractère fantaisiste et confus, elles ont le mérite d'avoir, les premières, attiré l'attention sur le site, son intérêt archéologique, et compilé les informations orales, convoquant la mémoire savante et les acquis vernaculaires du temps, sur l'abondance et la diversité du mobilier recueilli et déjà dispersé.
L’abbé Th. Durand, commente ainsi à l’extrême fin du XIXe siècle ce savoir collectif, riche de certains indicateurs utiles :
L’un des«six chemins ruraux principaux»de Lespignan,celui du sud, est« le chemin de Vivios, ainsi dénommé parce qu'il parcourt dans sa longueur un terrain où était, il y a bien des siècles, d'après la tradition orale, une ville nommée Vivios.
D'après les découvertes faites en divers endroits, ci-dessus désignés, cette ville était longue de 300 mètres et large de 150, commençant à la plaine et se dirigeant vers Lespignan. Lorsque les Romains eurent coupé le pont Septimus qui continuait le chemin Farrat, appelée par eux Via Domitia, afin d’empêcher les Maures de s'emparer de Narbonne, ils établirent à Vivios, lieu alors occupé par une peuplade de pêcheurs, un fort sur cet endroit.
On en a trouvé les ruines dans la propriété de M. Eugène Miramont, entr’autres : l'emplacement de la maison probablement occupée par le gouverneur, dont les pavés en mosaïque et en marbre blanc sale, furent maladroitement détruits par les ouvriers chargés de défoncer la terre qui les renfermait. On y voit, aussi, l'endroit où les romains prenaient les bains domestiques, consistant en trois ou quatre baignoires élégantes et un bassin ovale de 4 à 5 mètres de long sur 3 de large, destiné, sans doute, au peuple ou aux soldats.
De ce point, d'après M. Bonnal, percepteur, les Romains s'embarquaient pour aller débarquer au lit, nommé actuellement Rivier, métairie appartenant aux héritiers de M. Angles, où le fort existe encore et où l'on voit des salles souterraines d'immense grandeur et de cet endroit ils communiquaient, sans danger, avec Narbonne, par la Clape .
Dans le terrain de Vivios, on a trouvé et en partie conservé des ruines, des fondements de maison, des restes d'aqueducs en pierre, de larges tuiles avec rebord de deux centimètres, des conduits en plomb, des chapiteaux en pierre, de style grec, des citernes, des souterrains, des pavés carrés, des mosaïques, des débris de marbre de diverses couleurs, principalement blanc, mortiers en pierre noire, très dure, servant, peut-être, à broyer le blé avec un pilon, une tête de lion en marbre blanc, avec gueule béante et garnie d'un tuyau en plomb dont on voit la place, enfin, un grand nombre de médailles bien conservées et de toute nature, en particulier à l'effigie de Dioclétien et de quelques autres empereurs romains »
L’abbé Th. Durand (1895) ajoute, à propos d’autres sites : « dans le terrain de toutes ces métairies ou campagnes on a trouvé des mosaïques, des restes d’aqueduc, des tui les à rebord, des jarres, des fragments de sculpture, des poteries, des cercueils de pierre en plus grand nombre que dans le terrain de Vivios.
La distance que l’auteur conserve vis-à-vis de la tradition et de ses sources, précisément citées, comme les comparaisons avec les vestiges qui nous sont parvenus, de Vivios même comme des sites lespignanais voisins, conduit à prendre en considération ses informations. Leur précision, sur le balnéaire qu’il décrit, interroge notamment sur l’état du complexe thermal aujourd’hui conservé surin situ, et il en va de même pourla présence de restes d’aqueduc en pierre ou de plusieurs mosaïques, que corroborerait l’abondance de tesselles aux couleurs variées. Confirmation si besoin en était de l’étroitesse de la fenêtre archéologique existante.

Quant à l’abbé Giry, il indique: «le site antique d'une extrême richesse m'a poussé à acheter un terrain, qui a livré en plan les aménagements d'une luxueuse villa ou plutôt d'un vicus, s'étendant sur près de quatre hectares, au bord Est d'un cardo, qui se poursuit sur plusieurs kilomètres et qui desservait un port sur la mer intérieure du lacus rubresus. Le produit de la fouille est conservé au dépôt de l’Église à Nissan. On sera particulièrement intéressé par des objets de provenance égyptienne, comme un vase-canope en albâtre et la main d'une statue en diorite. Le site est lié à un aménagement portuaire formé d'une digue, qui devait diriger les eaux de l'Aude vers les quais. (p.173).
Le cardo Nord-Sud qui dessert le port et la villa a fait l'objet d'un aménagement très savant, par l'exhaussement de la voie de circulation par des piles dressées en certains point».
Son court commentaire, qui ressource avec le vicus l’idée d’agglomération, insiste, outre les objets remarquables, sur les liens, toujours en débat, de Vivios avec les rives de l’étang, même si l’antiquité de la digue a été depuis nettement exclue par
H. Pomarèdes et O. Ginouvès (1991), derniers archéologues intervenus sur le terrain, pour qui la structure en grand appareil «correspond…à un mur de soutènement récent (XIXe-XXe s.)».
Si J. Giry n’a pas hésité à acquérir le terrain sur lequel il est longuement intervenu, avant de le faire classer monument historique en 1971 et de le donner à l'État, il n’a pu éviter, exploitation partielle consommée, d’abandonner les fouilles, notamment au sud-est, véritable «terra incognita ».

Description sommaire du Site

Toute la partie sud-est du site archéologique (1/9e environ de la superficie totale) étant encore recouverte de terre, de végétation herbacée et officiellement inexplorée depuis le début du siècle (Plans 1 et 2), seules les constructions identifiables dans tout le reste de l'étendue vont être décrites, les rendant plus compréhensibles aux visiteurs éventuels lors de leur parcours
 
Plan Vivios numérotation nouvelle
Plan N°1 - Numérotation des pièces (L), canalisations principales (C) et annexes (D)

1 - Les pièces

Ne sont présentées ici que celles qui peuvent être encore reconnues sur place malgré le délabrement et l'oblitération végétale. Une dénomination plus simple que celles d'Ugolini et Olive (2013) (peut être empruntées à Giry?) et de Bouet (2003), devrait guider le parcours du visiteur, jusqu'ici déconcerté par l'apparent bouleversement des lieux. Elle leur est attribuée par Clavel-Lévêque et Lopez, les deux autres étant citées pour mémoire entre parenthèses.
Parmi la douzaine identifiées, les pièces présentées ici, sans distinction chronologique précise, sont seulement celles qui sont encore reconnaissables sur place par leurs situation, bas de murs et structures incluses, l’aspect des sols et l’emplacement des canalisations. Jusqu’alors désignées comme signalé ci-dessus et faute de mieux, suivant une nomenclature redondante proposée par Ugolini et Olive (2013) à la suite de Giry, et plus récemment par Bouet ( 2003), elles font ici l’objet d’une numérotation plus simple précédée de la lettre «L»(de «locus», lieu, endroit, place sans connotation particulière, dans ce cas précis, au sens d’un lieu de fouilles archéologiques qui permet de définir les zones ayant été occupées par des humains )(Plan 1).

L1 ( ex 1 ou P.I-70,1), où l'on accède dès l'entrée par un vieux portillon métallique, se situe immédiatement à droite de la grande piscine, structure majeure la plus spectaculaire, infra). Cette pièce est délimitée par les murs « C », appuyé contre la piscine, « E » à l’ouest et peut être « F », incurvé, au sud ( ?). Le mur nord pourrait être enfoui sous le chemin d'accès.

 L2 (ex PI - 69,5) se situe contre la piscine (partie sud-ouest) dont la sépare le grand mur « A » et est délimitée à l'ouest par le mur « B, à l'est par le mur « C », l'ouvrant largement sur la pièce suivante, et enfin, au sud, par le mur « G ». Rectangulaire, elle mesurerait 4,60 × 3,56 mètres, le sol étant en béton de chaux.

L3 (ex PII - 69 ,10), adjacente à l'est et située, elle aussi contre la piscine (partie sud-est), formée par les murs « A », « C », « D » et « H », est traversée en oblique par la canalisation annexe D1 (voir infra), perçant les murs « A » et « H ». Le sol est en béton,comme dans la précédente et au même niveau. Cette pièce contenait un four dit β ou 9 appuyé contre le mur « H », et était chauffée par hypocauste. Carrée et plus vaste que la précédente, elle mesurerait 5,35 mètres de côté.

L4 (ex P.VII – 69, 8), un peu plus vaste que la précédente, attenante, au nord, à L2 et s’ouvrant, à l’est, vers la petite « piscine » (voir infra), se distingue de toutes les autres par la présence d'un reste de mosaïque in situ. Réalisation modeste, cette œuvre, qui semble peu compatible avec un cadre somptueux mais plutôt avec une pièce d’accueil de clientèle rurale, présente un décor de croisettes, chacune formée par une tesselle bleutée entourée de quatre blanches (Fig.2) et bordée par une rangée externe d'abacules également blanches toutes incrustées dans un béton de tuileau. Aujourd'hui la mosaïque est de plus en plus réduite, malgré une ancienne tentative de protection sous toiture, dont il ne subsiste que la charpente en bois, les débris de ses tuiles se mêlant ironiquement sur le sol jonché d'aiguilles de pin à des fragments d'imbrices et de tegulae antiques. Par sa pauvreté originelle, elle ne peut d’ailleurs pas rivaliser avec celle de la Vernède (Clavel-Lévêque & Lopez,2016)

Mosaïque, détails
Fig.2 - Mosaïque de la pièce L4, détails des croisettes bicolores et de la bordure. Dans son état actuel (2021)
                                                                                                
L5 (ex P. XIII- 69,23), immédiatement au sud de la précédente, est comprise entre le mur «G» et la petite « piscine » (voir infra). Traversée par la partie oblique de la canalisation D2 (voir infra) issue de cette même «piscine», elle présente au sol en partie effondré, deux assises encore reconnaissables prouvant qu'elle était chauffée par hypocauste (Fig.).

L6 (ex P.IX- 69,12), à l'est de la précédente et de la petite «piscine» (voir infra), est séparée de cette dernière par le mur « I ». Elle est excavée en fosse revêtue d'argile qui contenait une grande quantité de cendres non mêlées à d'autres matériaux. Ces cendres, la présence d'une cheminée encastrée dans son mur nord et la proximité du four dans la C3 permettent d’identifier la chambre de chauffe desservant le caldarium.

L 7 (ex P.VIII-70,14), entre le mur « N » l'isolant de L6 contiguë à l'ouest et un mur « Q » parallèle au grand mur « P » de la salle à piliers (voir infra), présentait une autre cheminée encastrée et a pu être une annexe de la chambre de chauffe.
On peut déjà signaler ici la curieuse canalisation courbe (voir infra : C5) traversant l'ensemble des deux pièces précédentes.

L8 (ex P.VI- 69, 16), située à l'est de L3 , est limitée au sud par le grand collecteur nord-oriental (voir infra), avec les murs « P » et « K », à l'ouest par le mur «E », au nord par le prolongement du mur « A» et, à l'est, s'ouvre largement sur le chemin oblique de l'étang.

L9 (ex PIV-69,18) est située entre le dit collecteur au nord, la chambre de chauffe à l’ouest et l’angle nord occidental de la grande salle à piliers (voir infra : L10) dont la sépare un mur « L » d’aspect composite, chevauchant un vaste dépotoir à coquillages.

2 - Les piscines

Elles correspondent à deux des bassins visibles à ce jour, loin des indications numériques et formelles précises données par l’abbé Durand (1895).


A - Grande piscine

 Structure la plus spectaculaire et repérable d’emblée, la grande piscine dite « A » (Ugolini & Olive) ou « 3 » (Bouet) (Fig.) peut être qualifiée aussi de froide car elle faisait partie d’un frigidarium incomplètement documenté (Clavel-Lévêque). Située à gauche en entrant sur le site, contre la pièce C1 (Plan 1), elle mesure environ 6m,50 de long, 4m,50 de large et non 12 m x 7 m comme l'ont indiqué Ugolini et Olive. Sa profondeur est d'environ 1m,20 à l'ouest, peut être un peu plus importante à l'est vers lequel le fond de l'édifice serait donc légèrement déclive d’autant plus que l’eau y persiste après de fortes pluies (Fig. )..


Piscine en eau
Fig.2 - Grande piscine en fin de vidange après de fortes pluies.
Il semble qu'orientée par une légère pente, elle s'évacue au bas de l'escalier oriental en y empruntant la voie du tuyau de plomb (?). La pièce de bois jetée sur le fond est un tronc de cyprés !


Grande piscine vue du nord-est 
Grande piscine vue du nord-ouest
Fig.  - Grande piscine "froide", vue du Nord-Est.
D, déversoir - E, escalier occidental - M, pièce L à mosaïque - O, paroi ouest
S, paroi sud.

Fig.  - Grande piscine "froide", vue du Nord-Ouest
E, paroi est - E1, escalier occidental - E2, escalier oriental - O, paroi ouest
 S, paroi sud


Grande piscine vue de l'est
Grande piscine, angle sud-est
Fig. - Grande piscine "froide", vue de l' Est.E, paroi est -  E1, escalier occidental - E2, escalier oriental - O, paroi ouest - S, paroi sud Fig. - Grande piscine "froide", angle sud-est. .E, paroi est -  G, tégula encastrée - S, paroi sud avec ses briques superposées. Détails.


Cette grande piscine "A" est pourvue d'une banquette saillante, courant distinctement sur les 3 côtés nord, oriental et occidental, arge en moyenne de 40 cm, haute d'autant,paraissant disparaitre au sud, en fait surmontée là par une paroi de briques cuites carrées superposées que renforcent quelques tegulae dans sa partie supérieure, suite à des remaniements structuraux. Pour y descendre, la piscine est pourvue de deux escaliers d’angles comportant quatre marches à l'est et trois à l'ouest, chacune large de 1m,20 et haute de 20 cm. La hauteur totale de chaque escalier avoisine les 80 cm.
Les parois auraient été revêtues d’un enduit peint rouge et bleu vert (communication Rech, Lespignan) qui semble partiellement conservé sur la face nord. Un tuyau en plomb (d= 10 cm) Un tuyau en plomb (d= 10 cm) (Fig. ), initialement observé par A. Ribes (Lespignan)pouvant assurer l'évacuation, et aujourd’hui inaccessible, s’ouvre au bas des marches de l’escalier oriental.
Alors que les autres parois sont uniformes, celle du côté sud n'a pas une structure homogène, (Fig. ), --- et suite à des remaniements avec une partie toute supérieure en pierres, haute de 50 cm, échancrée près de l'angle sud-est (Fig.) par un déversoir concave tronconique,large de 20 à 30 cm ; partie moyenne en briquettes carrées superposées horizontalement, sur 70 cm ; partie toute inférieurce en pierre, sur....cm, pouvant correspondre à la banquette....

Tuyau piscine 
Fig. -   Grande piscine : tuyau en plomb au bas de l'escalier oriental. Emplacement et détail. Invasion par des racines.


Vivios piscine trop plein 2
Vivios piscine trop plein 1
Fig. - Trop plein déversoir de la grande piscine vu de cette dernière et paroi méridionale près de l'angle sud-est
Fig. - Trop plein déversoir de la grande piscine vu de dessus, détail






Un dépotoir avait été installé dans la dite piscine en la comblant: il a livré un riche mobilier  exploité par Giry qui, avec ses aides, en fit  bon usage….De vieilles photos instructives donnent une idée de la piscine une fois récurée.

 B - Petite piscine

La petite piscine « B » (Ugolini & Olive) ou «22 » (Bouet) (Fig.), presque méconnaissable aujourd'hui (2019), peut être appelée chaude car montée sur hypocauste, elle se rattachait au complexe du caldarium .Plus « baignoire » que piscine vraie par ses dimensions réduites (Longueur: 5 m; largeur: 2m,70), elle se situe au sud de la précédente et aurait été alimentée en eau par son trop-plein, via la canalisation oblique traversant la pièce L3 interposée . Quant à sa vidange, elle aurait été assurée par la conduite transversale courbe sus-mentionnée (voir infra) ralliant le collecteur nord-oriental.



Petite piscine B
Fig.   - Petite piscine "B", vue du sud. Flèche : arrivée approximative du caniveau D1, venant de traverser L3. En arrière et à gache : pièce de la mosaïque.

Une troisième structure rectangulaire (no 34 des précédents auteurs) ayant pu contenir de l'eau se situe à l'extrême sud-ouest du site archéologique (voir plan d'ensemble). Profonde d'environ 0,45 cm et à sol bétonné (?), elle est interprétée comme un bassin ou une citerne.

3 – La Grande salle à piliers

Baptisée ici L 10, cette structure (ex «P I-71» d’Ugolini et Olive ou «19» de Bouet) est délimitée par les murs«P» à l’ouest, « A » à l’est et « L » -sus mentionné - au nord. Ce dernier isolerait L9 de deux petites « pièces », correspondant à l’angle nord ouest de L10, et figurées par Ugolini et Olive en tant que « P IX -70 » et « P.V-69 ». D’ aspect composite et comme « suspendu » il chevauche un vaste dépotoir à coquillages (voir infra) se situant ainsi à la fois sur L9 et sur L 10.
Du mur "A" se détache un bloc remarquable, perpendiculaire et  trés saillant qui ne figurait dans aucun plan, peut être 
supposé faire partie d'un mur méridional, cité plus bas, limitant au sud l'édifice


Mur A, salle à piliers, vu du nord
Mur A, salle à piliers, vu du sud
Mur P prolongement sud
Fig. - Mur est, dit "A" (Ugolini & Olive), avec le bloc saillant. Vue du nord.
 Fig. - Le même, vu du sud , depuis la terminaison du collecteur
Fig.  - Prolongement vers le  sud du mur ouest, dit "P" (Ugolini & Olive)


Blocs beaucoup plus petits et disjoints




Salle à piliers vue vers l'ouest
Salle à piliers, vue vers l'est
Salle à piliers, autre vue vers l'est
Fig. - Salle à piliers, vue d'ensemble vers le sud-est
Fig.- Salle à piliers, vue vers l' ouest
Fig. - Salle à piliers, autre vue vers l'est.
Les Piliers E,C et G sont perceptibles dans la pelouse
Au premier plan, pilier ....
Au premier plan, pilier C, et, à l'arrière plan, mur A, avec bloc saillant


Bloc saillant dans salle  à piliers
Pilier C
Pilier C, autre vue
Bloc saillant
Fig.  - Pilier  dit "c" dans les plans Ugolini-Olive Fig. - Le même, autre vue




Pilier E
Pilier f
Pilier G
Fig. - Pilier  dit "e" dans les plans Ugolini-Olive
Fig. - Pilier  dit "f" dans les plans Ugolini-Olive Fig. - Pilier  dit "g" dans les plans Ugolini-Olive





Pilier J
Pilier K, mur A, saillant
Fig. - Pilier  dit "j" dans les plans Ugolini-Olive Fig. - Pilier  dit "k" dans les plans Ugolini-Olive

Au fond, terminaison  présumée du mur A et bloc saillant



De loin la plus vaste des enceintes puisque originellement évaluée à 9,30 × 11,60 mètres , L10 et caractérisée par six piles (?) déterminant un plan basilical à trois nefs dans l’axe Nord/Sud, doit être aujourd’hui nettement surévaluée. Les bases des piliers, approximativement carrées, ont des dimensions variées (0,80 à 140 cm), faites de pierres liées au mortier et implantées sur la roche, soit directement ("f" et "g") comme dans la partie méridionale où le substrat affleure, soit sur des fondations en forme de tronc de pyramide renversé, de 1,70 mètre de haut ("e" et "c") comme dans la partie septentrionale afin de rattraper le dénivelé du terrain naturel déjà comblé par le dépotoir.
En fait, d’après les restitutions en 3D de Georges Tirologos, il semblerait que les «piliers», dont aucun fût superstructure minérale?) n’a été retrouvé jusque ici, auraient pu être de grands poteaux en bois reposant sur les bases maçonnées d’autant plus que «le trou d’implantation» d’une structure ligneuse est signalé par Ugolini et Olive entre le pilier «c» et la «salle PV-69».Une pierre fortement calcinée («h») se trouve entre les quatre piles nord, presque en position centrale. Le sol n'est pas bétonné et la roche, composée de calcaire lacustre de Nissan qu’entourent des limons jaunes, affleure sur une partie de son étendue ce qui a fait conclure par Giry que la salle était en dehors du chauffage général de l’édifice.
De fait, contrairement aux tracés d’Ugolini et Olive repris par Bouet, il ne semble exister aucun mur méridional, ce dernier demeurant d’ailleurs innominé dans leurs deux plans, car la salle se prolonge directement vers le sud où sont visibles d'autres « piliers », non signalés avant les observations récentes (2018), après désherbage, de Lopez puis Clavel-Lévêque. En revanche, l’extension de salle est délimitée à l’ouest par une succession de petits blocs espacés s’alignant vers le sud sur le mur P
Ces piliers (Plan N° 1: P : nommés ici "v", "w","x" et "y" par souci d'homogénéité avec les apellations des 6 autres)  sont au nombre de quatre -  dont trois malheureusement moins visibles que palpables - car dissimulés par des Graminées tenaces
- s'alignent sur les précédents et  ont, en gros, les mêmes formes et maçonnerie. Un désherbage, quel qu'en soit le procédé, serait indispensable pour les dégager mais...quand ?


Nouveau pilier V
Nouveau pilier W
Nouveau pilier X

Fig. - Nouveau pilier inédit P (Plan), appelé ici "v"
Fig. - Nouveau pilier inédit P (Plan), appelé ici  "w" Fig. - Nouveau pilier inédit P (Plan), appelé ici  "x"






On peut leur rattacher deux autres structures également  inédites (Vue aérienne et Plan 2: S), baptisées S1 et S2, quadrangulaires et massives, au contact du grand collecteur sud-oriental C3 qu'elles flanquent à ses deux extrémités, début (Fig. ) et extrémité (Fig. , ).

Pilier x, S1 et fin collecteur
Structure S1 et fin collecteur
S1 détail
 Fig. -  Pilier "x" au premier plan, puis structure inédite "S1" et  fin du collecteur C Fig. -Structure inédite "S1", contre la fin du collecteur C3. Fig. - Nouvelle structure "S1", détail





S2 et début  collecteur 2
S2 et début collecteur 1
Fig. -Structure inédite "S2", au centre, contre le début du collecteur C3. Fig. - Nouvelle structure "S2", détail






Les canalisations

Elles constituent un ensemble remarquable (Plan Fig. 5, en bleu), unique en son genre tant il parait disproportionné, par leur nombre, leurs tailles, la disposition et les matériaux divers utilisés. Elles se répartissent en canalisations principales, collecteurs ou égouts, les plus évidents, désignés par C (de «cloaca» = « égout »)et canalisations accessoires ou affluents, D (de «ductus » = «conduite»), peu visibles aujourd'hui car dissimulées dans la pelouse à Brachypodes et autres herbacées de la garrigue.

Canalisations principales

Il y en a quatre qui sont autant d'exutoires à l'ouest (1), à l'est (2) et au sud (1)(Plan 1).

C1, unique collecteur occidental et ancienne canalisation ε d' Ugolini et Olive) est situé en position transversale dans la partie ouest du site (Fig. 2, O) et parait se couder à angle droit au centre de ce dernier où lui fait suite, par une succession de dalles légèrement inclinées, à ras de sol, formant un "passage" (Fig.) et en position axiale, le collecteur ou grand égout méridional (voir infra C 4)). Bâti en grand appareil, il n’a pas conservé de couverture et est délabré dans toute sa partie orientale.

Egout occidental
Fig. - Collecteur ou égout occidental,C1, vu de l'est. D2,D3,D4 : terminaison d'affluents



passage dallé
Fig. - Passage dallé, vu du grand égout, au sud. M, pièce à mosaïque - P, salle à piliers

C2, le collecteur nord-oriental (17 pour Bouet) s'étend transversalement entre les pièces L8 et L9 (18), à l'est de la chambre de chauffe L 6 et au nord de la salle à piliers. Il est entouré par les murs P, K et J, plus ou moins démantelés et dont les blocs, parfois énormes (dont un, fort beau, en calcaire coquillier), ont basculé et tendent à le masquer. Son origine reçoit la canalisation sinueuse drainant la petite piscine « B ».; plan 2, E ?


Egout nord-est 1
Egonord-est 2

Fig. - Egout C2, vue de l'ouest. Au fond, cloture et chemin d'accés
Fig. - Egout C2, vue de l'est, à travers la cloture. Au fond, L4 (pièce à mosaïque)






 
C3, le collecteur sud-oriental (Fig ) se situe à la limite méridionale de la salle à piliers in extenso , comme lui inédite (Fig.1 : flèches ; plan 1 : "C3" ; plan 2 : « E »). Bien que nettement perceptible dans les vues aériennes de Google Earth (Fig. 2, flèches) et celles obtenues depuis un drone (Fig. 3, « E » et « B »), il ne figurait jusqu'ici dans aucun plan ni aucune publication connue et a été, en quelque sorte, révélé et dégagé par A.Lopez dans ses prospections de surface.




canalisation est
Fig.  - Collecteur sud-oriental C3. C4, collecteur méridional - L10, salle à  piliers - O, Pech de l' Oeuvre


Cette grande canalisation (Fig...), elle aussi transversale et, comme C1, branchée à angle droit sur l'égout méridional C4,
est construite en petit appareil sur ses faces latérales et recouverte de grandes dalles sur une partie de son étendue.  Bien que nettement perceptible dans les vues aériennes de Google Earth (Fig., flèches) et celles obtenues depuis un drone (Fig. 4, E et B), elle n’apparaissait jusqu'ici dans aucun plan ni publication connue et a été, en quelque sorte, dégagée des roces qui l'encombraient et ainsi authentifiée par A. Lopez dans ses prospections de surface.
Fait singulier et encore inexplicable, le même
collecteur C3 a une terminaison
apparente très particulière et complexe (Fig. ...) avec deux blocs saillants, l'un encore en place, comme "suspendu" sur muret (Fig. ), le second ayant été transporté et basculé par les "fouilleurs" hors du site, à l'ouest du talus de déblais (Fig. ),


Terminaison canalisation est d
Fig. - Extrémité orientale du collecteur C 3 ( 3 dalles de couverture visibles) avec le bloc saillant qui a subsisté et  le mur qui le prolonge vers le  sud (inédit : A.Lopez)




terminaison canalisation est a
terminaison canalisation est b
terminaison canalisation est c







Terminaison canalisation est e
Terminaison canalisation est f
Terminaison canalisation est g








Bloc égout sud-est  déplacé
Fig. - Deuxième bloc saillant vraisemblable retrouvé  hors du site, en contrebas





C4, le collecteur méridional, court plein sud, en situation médiane et quasi-axiale, depuis le centre approximatif de la zone archéologique où il est rejoint par C1, à l'ouest, ensuite par C3, à l'est (Plans 1 et 2). Entre leurs jonctions, il se réduit d’abord à un long alignement de dalles encastrées dans le sol (passage dallé ci-dessus) en zone d’écoulement un peu pentue et est ensuite complété en égout par des parois latérales et une couverture de blocs quadrangulaires massifs. La terminaison apparente va buter contre le talus sud clôturé où un exutoire est probablement enfoui de nos jours. Un mur non signalé dans les plans "classiques" (   ) lui est parallèle.


Egout et mur sud
Fig.  - Grand égout ou collecteur méridional C4, vu du sud. Es, grand égout - Lm, pièce à mosaïque - Ms, mur sud parallèle - P, "passage dallé".




 A ces quatre collecteurs principaux, on peut adjoindre, non pour sa longueur mais son aspect original singulier, une cinquième canalisation C5 (ex 14 de Bouet),déjà signalée (Fig. ),plus difficile à retrouver que les précédentes. construite aussi avec des dalles de couverture épaisses mais bien plus courte et se singularisant par sa forme doublement incurvée, un peu en S. Sensée provenir de la piscine "B", elle est liée à L6 et L7 au niveau de la chambre de chauffe, et aboutit à l'origine du collecteur nord-oriental C2.



canalisation courbe 1
canalisation courbe 2
Fig.   - Canalisation courbe C5, en "S". L6, "chambre de chauffe" - L7, son "annexe" - M, pièce à mosaïque - P, mur dit "P" avec traces d'outils de carrier
Fig.   - Canalisation courbe C5, en "S". L6, "chambre de chauffe" - L7, son "annexe". Autre vue




Canalisations annexes

La plupart d'entre elles aboutissent plus ou moins directement au collecteur occidental C1. Leur complexité, encore accrue par l'utilisation de lettres grecques pour les dénommer (Giry, Ugolini et Olive) est manifeste dans les plans.

Un premier caniveau, D1(ex « 10 » de Bouet)(Plan1) débute à la grande piscine dans son angle sud-est et y échancre le mur A (Fig…) en s'y présentant comme un déversoir. Il traverse ensuite en oblique la moitié occidentale de L3 et franchit le mur H pour atteindre la piscine B. Selon Ugolini et Olive « sa fonction devait être d'écréter le trop-plein de la piscine A pour diriger cette eau vers la piscine B ». Elle aurait été édifiée avec un radier en tegulae après la construction de la pièce elle-même.

Une deuxième canalisation, D2 (ex « ζ » -519)(Plan est issue dans L5 de la piscine B près de son angle sud-ouest. D'abord oblique, elle se coude ensuite brusquement et se dirige plein sud vers C1 où elle débouche près du grand mur J. (Fig.)

Un troisième caniveau, D 3 (ex «  γ 59 », non nommé par Bouet), d'origine imprécise, aurait couru parallèlement à D 2, émettant sur sa gauche une quatrième canalisation, D 4, (ex « β 56 ») dans une « pièce » imprécise (PIII-73 d’Ugolini et Olive), et rejoint ensuite C 1, tout près de D1, immédiatement à l’ouest de cette dernière (Plan 1). D4 aurait traversé en oblique la « pièce PIII-73», conflué à sa limite et celle de « PI-73» avec un cinquième caniveau orienté Nord-Sud, D 5 (ex α 56 ou 24), et courut ensuite vers l'ouest (25 de Bouet), à proximité de l'emplacement du dolium. En fait, ces petits affluents,indiqués ici pour mémoire, ne sont plus visibles aujourd'hui que sur les plans et seuls, trois déversoirs peuvent être décelés dans C 1 : l'un, à son origine occidentale qui parait "borgne" et bétonnée, correspondant peut être à D4 ; les deux autres, très rapprochés, terminaisons vraisemblables de D3 et D2, cette dernière mal conservée (fig. )


Canalisation ouest début
 Affluents égout occidental

Fig.  -Origine de l'égout occidental. Flèche : affluent D 4?
Fig.  - Terminaisons des canivaux D2 et D3 dans l'égout occidental



Murs isolés

Deux alignements de blocs massifs (Plan 2 :M), paraissant correspondre à des murs isolés, se situent en marge de la zone inexplorée et ont une orientation nord-sud. L'un semble prolonger celui de la salle à piliers "classique" à partir de la terminaison du grand collecteur sud-oriental et fait donc partie de la salle considérée dans sa globalité. L'autre est parallèle au grand collecteur méridional ( fig....). L'un de ses cinq blocs présente une excavation cruciforme......

Dépotoirs

Un dépotoir est, en archéologie, une accumulation de déchets ou détritus domestiques situé près d’une résidence ou dans un ancien lieu d’habitation, réutilisant souvent un silo, une fosse de stockage ou même un bassin. Sur certains sites, tels que la villa gallo-romaine de Vivios, ce sont les dépotoirs identifiés par Giry, dont la grande piscine froide, qui ont fourni l’essentiel du mobilier recueilli, y compris des conchyliorestes (vestiges de coquillages) (Fig.). Si l'on excepte quelques zones terro-cendreuses pouvant orienter leur repérage, ils sont aujourd'hui devenus méconnaissables à la suite des fouilles intempestives du passé.
Le plus important d'entre eux, mis au jour dès le début des fouilles, comblait la grande piscine A, dite froide, « il a livré énormément de mobilier dont le plus récent est de la fin de l'Antiquité » (Ugolini & Olive, 2013). Ce mobilier comportait, entre autres belles pièces, de nombreuses lampes à huile qui, recueillies dans le Musée Giry (Nissan) auraient été transférées ensuite à celui d' Ensérune, certaines se "perdant" (?) d'ailleurs en cours de route

Lampe 1
Lampe 2
Lampe 4
Lampe 3





Lampe 5
Lampe 6




Un deuxième dépotoir, lui sur sol naturel et d'environ 20 m2, se situait au centre-ouest, près des vestiges d'un dolium, de l'origine du grand collecteur occidental et de la confluence des canalisations annexes, soit au niveau de trois pièces dites PI, PII et PIII-73, quasi-démantelées, « Il contenait de nombreux restes de coquillages (indéterminés) et un très riche mobilier du Haut Empire » (Ugolini & Olive).
Un troisième dépotoir important, à l'est cette fois, s'étendait dans l'angle nord-ouest de la grande salle à piliers, sur l'emplacement des deux pièces PIX-70 et PV-69. Il s'insinuait sous les murs « T » et « L », qui lui seraient donc postérieurs, et se retrouve dans la pièce L9, au contact du grand collecteur nord-oriental C2. Formé d'argile et de dépôts cendreux avec des dalles incluses, il contenait encore de très nombreux conchyliorestes (A.Lopez, 2019) : essentiellement des Peignes (Flexopecten glaber)(Fig. ), des Huîtres creuses (Ostrea edulis) en quantité moindre , quelques Moules (Mytilus galloprovincialis), de rares Coques (Cerastodesma edule) et même le gastéropode Cerithium vulgatum tous non signalés par les prédécesseurs et constituant la « tétrade » locale de Mollusques (Lopez,2020)


Pectens Vivios 
Huitres Vivios
Fig. - Pectens glabres : valves in situ, mises à jour dans le dépotoir des deux pièces PIX-70 et PV-69(à gauche)  récoltées puis nettoyées (à droite)
Fig.  - Huitres plates : valves récoltées dans les dépotoirs puis nettoyées. Vues externes, à gauche, et internes, à droite



J. Giry signale deux autres dépotoirs à mobilier abondant : l'un dans le sol de la pièce voisine L8, située au delà du grand collecteur et le rattache à la fin de l'Antiquité, l'autre dans deux pièces également proches, de part et d'autre de la canalisation courbe, soit L7 et « PIII-69 ou 15 », contre la chambre de chauffe.
Enfin, pour A. Lopez, un sixième, riche en coquillages, siègerait extra-muros, dans les déblais à la terminaison du grand collecteur oriental C3.

Fonctions de la Villa

Pour reprendre une expression vague de A. Bouet, il y aurait eu "des activités de transformation" encore à élucider.

Selon une hypothèse de Monique Clavel-Lévêque, le site aurait pu par être un centre de gestion des carrières voisines, leur ensemble s’intégrant dans deux centuries cadastrales.
De plus à la suite d'une visite récente de Stéphane Mauné, spécialiste des granaria, la (ou les) salle(s) à piliers, dont il a confirmé l’étendue, pouvaient fort bien correspondre à des lieux de stockage de grains et (ou) des hangars à bois pour alimenter la chambre de chauffe dont voici une restitution en 3D réalisée par Georges Tirologos.


grenier
Fig. - Proposition 3 D de restitution  du granarium : grenier-tour à deux étages (G.Tirologos)
Réalisation : Parc culturel du Biterrois 2021 (Pdte : Pr.Clavel-Lévêque). Extrait de "La Fabrique de la Villa de vivios (Lespignan, Hérault)"
 par Monique Clavel- Lévêque & André Lopez-Moncet in "La Double vie du Patrimoine", Effigi ed., p.85.

Enfin, d'après les observations récentes d’André Lopez lors d' inventaires naturalistes sur les garrigues collinéennes de Vendres-Lespignan, certaines de ces activités pouvaient être orientées vers la préparation de coquillages, notamment de l' Huître plate européenne (Ostrea edulis : Ostreidae) (Fig.10) et surtout, du Pecten glabre (Flexopecten glaber (L.) : Pectinidae)(Fig.11).De loin le plus fréquent, abondant dans trois dépotoirs surtout celui de la salle à piliers (angle nord-ouest), ce Mollusque bivalve a été retrouvé à l'emplacement d'autres villas gallo-romaines situées sur la commune de Vendres (garrigues et terrasse alluviale de l' Orb) et, plus au nord,jusque dans le Saint-Chinianais (col.Marcou) où il fit l'objet d'un transport commercial pour sa consommation. Il devait abonder dans la partie orientale du fameux Lacus rubresus narbonnais s'étendant au bas du site de Vivios, correspondant au Palus Hélicé d’Avienus (Ora maritima), jalonné par un autre marqueur biologique, Ephedra distachya (Lopez,2019) et devenue l'actuel étang de Vendres-Lespignan. Recherchant les fonds sableux et détritiques vaseux, ce "Pétoncle" est en effet connu comme pouvant pénétrer dans les lagunes côtières, loin à l'intérieur des terres. Il devait être récolté à la main ou avec une sorte de drague. Ses coquilles épaves sont d'ailleurs toujours présentes en abondance dans les vases de l'étang de Vendres retirées de canaux par curage, avec celles de l' Huître plate, des Coques et du Cérithe

Datations présumées

L'occupation et les activités du site auraient débuté dans la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. et se seraient ensuite poursuivies sans discontinuer jusqu'aux IVe – Ve siècles, voire VIe  jusqu'à la fin de l'Antiquité. En témoignent les innombrables éléments du mobilier et surtout les pièces de monnaie.

Pièces de monnaie

Nombreuses et variées, pour la plupart en bronze, celles qui ont été recueillies par Giry et entreposées au "musée de Nissan ?" sont citées en vrac avec le mobilier, dans la "Carte archéologique" sus-mentionnée et se rattachent aux règnes d' Auguste, Claude, Nerva, Domitien, Trajan, Hadrien, Marc-Aurèle, Commode, Aurélien, Constance, Tétricus, Maximien Hercule, Constantin, Galère, Gallien…D'autres, les plus remarquables, certaines représentées ici , font partie de la collection personnelle qu'a réunie Christian Rech, un chercheur lespignanais. Aucune d'elles  ne figure dans la "Carte archéologique de la Gaule (Biterrois)"(Ugolini & Olive).


As de Nîmes
Monnaies Trajan et Marc-Aurèle
Monnaie Constance II
As de Nîmes
Sesterces de  TRAJAN ( 98 - 117 APJC) et de Marc-Aurèle
Monnaie de Constance II
 
BRONZE MASSE : 12,40 gr. MODULE 26 mm COIN : 4 EPAISSEUR DU FLAN Irrégulière
Excellent état de conservation
- pièce du 3 ème type
AVERS : Bustes adossés et têtes couronnées d'AGRIPPA et d'AUGUSTE , avec lettres IMP au dessus.
DIVIF en partie apparentes et PP de part et d'autre
 REVERS : Crocodile attaché à une Palme accostée d'une couronne , l'inscription COL NEM pour COLONIA NEMAUSUS est bien visible.
Type frappé de 10 à 14/15 APJC
 Sesterce de  TRAJAN
ORICHALQUE  - MASSE 22,62 gr. MODULE : 32 mm COIN : non déterminable.
AVERS : Tête laurée de l'empereur TRAJAN. Titulature  en partie effacée, certainement  IMP - CAES - NERVAE TRAIANO - AVG - GER - DAC ( P.M. T.R.P. ...)

Sesterce de MARC-AURELE ( 161-180 APJC)
ORICHALQUE MASSE : 20,03 gr. MODULE 28 mm COIN 6
 REVERS  : trophée avec un empilement d'armes et la mention effacée ( IMP VIII COS III PP SC ) mais apparente à l'exergue avec DE GERMANIS.  frappée en 176 pour commémorer les victoires en GERMANIE




CARRIERES

L'origine des matériaux utilisés pour la construction de la villa, où des marques de carriers sont connues (Ugolini & Olive, p.248), fait aujourd'hui l'objet de nouvelles recherches qui touchent aux rapports que la villa de Vivios a pu entretenir avec l’industrie de la pierre et les conditions d’exploitation de chantiers littoraux.
Quatre gisements de calcaires miocènes que cernent des limons jaunes à galets en sont les candidats les plus plausibles conformément aux données réunies au tournant des années1980/90, confirmant que plusieurs blocs provenaient de carrières proches, celle de La Cambrasse précisément (Pomarèdes & Ginouvès).

1 - Carrière de Vivios


La carrière la plus proche de Vivios est une petite zone d’extraction que M. Clavel-Lévêque (2018) a identifiée, en tant que telle, à proximité immédiate du site archéologique dont ne la sépare qu’un grand fossé recevant le collecteur nord-oriental en amont. Elle est ménagée dans l’épaisseur du chemin qui descend côté est, vers l’étang de la Matte, parallèlement au «ravin» cadastral (Fig.12). De faible étendue, assez uniforme et sans redents, son front de taille, long d’environ …m et haut en moyenne de …cm, met à jour du calcaire lacustre de Nissan, tel qu’il affleure au sol dans le site même, et se retrouve, au-delà du talweg, dans tout le Puech de l’œuvre.


Carrière de Vivios
Fig.- Front de taille de la petite carrière de Vivios entre le site, à droite, et le chemin d'accés descendant vers l'étang de la Matte.
A l'horizon (flèche), zone de la Cambrasse, des Escaliers et, au delà, de l'étang de Vendres.



2 - Ensemble des carrières romaines de la Cambrasse à Gouldeau

Le site correspond à un front de carrières romaines, exploitées aux Ier-IInd siècles, qui s’étend au sud de Lespignan et de la villa de Vivios, sur quelque 1.500 m d’Est en Ouest. Il est situé sur l’ancien rivage laguno-maritime du Palus Helicé d' Avienus (Clavel Lévêque, Lopez,  soit en bordure de l’étang de Lespignan, dit de La Matte, aujourd’hui largement colmaté et de l'étang de Vendres voisin, encore en eau, le tout  à proximité du cours de l’Aude.
L’exploitation des carrières du Sud Lespignanais a commencé tôt, à partir du changement d’ère, et s’est pleinement développée aux Ier-IInd siècles, lorsque les besoins nouveaux en matériaux, la dynamique des constructions, urbaines et rurales – notamment les fermes des colons biterrois –, ont stimulé l’extraction dans les bancs de calcaire.
Trois secteurs y sont connus de longue date :  « les Escaliers/la Cambrasse », la « source de Valère » et Gouldeau. Une expertise diligentée par la DRAC y a été effectuée par J.-C. Bessac (1989) et a bénéficié d’une révision archéologique de Pomarèdes et Ginouvès (1991), permettant notamment  d’assurer la chronologie et de préciser certaines modalités de l’occupation.
L’ensemble de la zone, insérée dans un paysage de basses collines littorales inclinées vers les étangs, est encore marqué par les aménagements dus à la cadastration romaine impériale de la cité de Béziers, qui assure une forte cohérence à l’implantation des structures naturelles et des éléments anthropiques.

Secteur " Les Escaliers/« les Escaliers/la Cambrasse »

Il se développe sur la limite orientale de cet ensemble, au sud de la colline du Puech de l’Œuvre (60 m environ)
Encore appelée «Cambrasso» ou "Cambresse" ("grande chambre»), elle est, cette fois, éloignée de Vivios d’environ 700 m au sud-est (et non à l’ouest), tout près, mais en retrait, de la petite route conduisant au « pont des Pâtres » (Fig.13), à 17 mètres au-dessus du niveau de la mer, sur le roc anciennement dit de Barral, au lieu-dit « Les Escaliers » (17 m). Ce toponyme garde dans la mémoire collective les travaux d'extraction qui ont entamé les basses terrasses échelonnées au-dessus de l’étang de Vendres, dès la période romaine (expertise deBessac le 18 octobre 1989, in H. Pomarèdes, O. Ginouvès, Id., p. 13 ).


Cambrasse vue d'ensemble 1
Cambrasse vue d'ensemble  2
Cambrasse vue d'ensemble 3
Fig. - Cambrasse, vue d'ensemble du front de taille orientée vers le sud
Au fond, étang de Vendres
Fig. - Cambrasse, vue d'ensemble orientée vers le sud-est
Au fond,   étang et plateau de Vendres
Fig. - Cambrasse, vue d'ensemble orientée vers l'est
Au fond, village de Vendres et étang





Conformée en "défilé" irrégulier (Fig. ), la Cambrasse présente au nord-ouest, un  abrupt
de 2,5 m, à conglomérat se composant de galets, souvent de grande taille, retrouvés dans le sol de la garrigue sus-jacente et par un ciment gréseux friable (Fig.). Son exploitation (Ugolini & Olive) dans les sites parait improbable.
Au sud-est, s’étale un magnifique front de taille vertical,imposant (fig.), haut en moyenne de 3-4 m et que scande la succession de trois décrochements
majeurs. Deux roches bien différentes s’y superposent (Fig.14) et se rattacheraient, d’après la carte géologique (BRGM) aux calcaires dits de Brégines : une assise inférieure, coquillière à grain moyen, compacte, paraissant de loin presque homogène, et une assise supérieure littéralement « truffée » de coquilles de Bivalves (Ostreidae, Pectens…), souvent volumineuses, hétérogènes, (Fig.14) formant une  lumachelle remarquable (fig.).
En outre, l'assise inférieure conserve intactes
les traces que le travail des carriers antiques a laissées sur ce front (fig.4) : d'innombrables sillons parallèles, plus ou moins disposés en "chevrons" (Fig.15),  correspondant à l’impact de leurs outils, notamment des coins et surtout, le fameux pic d’extraction  ou escoude à deux dents(Fig. )


Traces de carriers 1
Traces de carriers 2








Cambrasse, ensemble front de taille
Cambrasse, début front de taille
Cambrasse, vers fin front de taille
Fig.  -  Front de taille en vue d'ensemble oblique
Fig. - Front de taille à son extrémité occidentale
Fig. - Fig. - Front de taille à son extrémité occidentale
Cc : calcaire coquillier - Flèches rouges : traces d'outils de carriers. Les sous-arbrisseaux  poussant dans le calcaire en limite des deux assises sont  des Phagnales "repoussants" (Phagnalon sordidum)


Les techniques de travail, trop rarement documentées, sont également illustrées ici par le type de taille « spécifiquement hellénistique » selon Jean-Claude Bessac, que révèlent certains blocs abandonnés en cours de transport (Fig. ). C’est de ce secteur que vient une partie des matériaux employés dans la maçonnerie de la villa où l’on a également retrouvé des signatures, illisibles, de carriers (fig.6)

Le secteur « Source de Valère » :

Pouvant être appelée aussi "Gouldeau C1", elle se situe à une quarantaine de mètres de la source aménagée homonyme, très près du rivage ancien, en contrebas d'un bosquet de pins d' Alep isolé.Elle présente 2 terrasses localisant 2 fronts de taille (1,5/2m de haut) où on observe les mêmes caractéristiques qu’à La Cambrasse, tant pour la qualité des matériaux que pour les modes de travail. Des traces d'outils de carrier y sont visibles.En outre, on peut préciser la chronologie de ce secteur, actif dans la durée. L’un des fronts de taille recoupant un petit bâtiment du haut Empire, l’exploitation s’est donc prolongée au moins jusqu’au IIIe s., peut être jusqu’à la période tardo-antique, voire alto-médiévale.

Carrière A 1
Carrière A 2
Carrière A  3
Fig. - Accés à partir du nord-est : partie orientale
Fig. - Vue d'ensemble sud-nord de la carrière et de la pinède.
Fig. - Partie orientale des fronts de taille






Carrière A 5
Carrière A 6
Carrière A 7
Fig. - Fronts de taille partie orientale, détails : traces d'outils de carriers
Fig. - Fronts de taille partie orientale :  autres traces d'outils de carriers Fig. - Fronts de taille : centre et partie occidentale




Carrière A8
Carrière 9
Fig. - Fronts de taille au centre
Fig. - Fronts de taille partie occidentale :  autres traces d'outils de carriers



Des blocs qui  ont été détachés de ces fronts de taille et ensuite vraisemblablement abandonnés  lors de leur transport sont visibles en sous-bois de la pinède proche.

Bloc isolé carrière A 1
Bloc isolé carrière A 2
Bloc abandonné montrant des traces d'outils de carrier sur sa petite face
Autre bloc abandonné montrant des traces d'outils de carrier sur une grande face




Carrières de Gouldeau

Au lieu dit « Gouldeau », à l’ouest de Valère tout proche, et au sud-est de l’autoroute A9 dont il domine l’imposant remblai, se situe l’ensemble des carrières homonymes. Une basse colline s’y incline en pente douce vers un chemin bordant l’étang de la Matte (Lespignan). Précédé par des sables marins du Miocène, son calcaire (Aquitanien-carriersien), rattaché à celui dit de Brégines sur la carte géologique (BRGM : Béziers), affleure largement dans une garrigue dégradée et réduite à des pelouses de Brachypodes.

Fronts de taille

Ses zones d’exploitation y sont très nombreuses, dispersées sur une vaste étendue de la colline et montrent des fronts de taille de longueur variable mais de profondeur généralement réduite. Exposant des bancs calcaires homogènes et sans gros coquillages, rappelant donc la couche inférieure de la Cambrasse et celle de Valère, ils présentent une grande diversité d’aspect : en marches d’escalier, terrasses superposées, enceinte… De nombreuses marques d’outils de carriers peuvent y être reconnues.


Enceinte Gouldeau a
Enceinte Gouldeau c
Enceinte Gouldeau b
Fig.   - Vue d'ensemble
Fig. - Détails  : marques d'outils de carrier
Fig. - Autres détails : autres  marques d'outils de carrier





Front en escalier, profil
Front en escalier, de face
Fronts en escalier, de face, détails
Fig. - Fronts en escalier, de profil
Fig. - Fronts en escalier, de face
Fig. - Fronts en escalier, de face : détails. Traces d'outils.
Au fond, étang de la Matte et Clape




Gouldeau, fronts en escalier, autres détails
Front de taille hard
Gouldeau front de taille face
Fig. - FFFi.FFig.Fig.- Même front que le précédent
ig. : FFig. - Autre front, vu de profil
Fig. - Fig. - Autre front vu de face





Tailles et constructions modernes associées

Elles sont visibles à l'extrême nord du site de Gouldeau et son chemin d'accés,  tout près de l'énorme tranchée de l' autoroute A9 et son vacarme.


Front de taille et moderne a

Fig. - Fronts de taille avec traces de carriers, à droite , et constrction moderne encastrée, sur la gauche. Pylone électrique derrière






Tailles localisées

Il s'agit d' affleurements calcaires plus ou moins isolés dans la pelouse de garrigue entre les grands fronts, partiellement dégrossis avec un contour quadrangulaire et montrant des ébauches de taille (cuvettes, encoches profondes en "V", "fer à cheval"...) dont la destination nous échappe....

Gouldeau divers 1
gouldeau divers 3
Gouldeau divers 2
Fig. - TFig. - Bloc excavé en cuvette rectangulaire
Fig. - Fig. - Bloc creusé d'un "V"
Fig. Fig. - Echancrure en "fer à cheval"




Ornières
Larges ou étroites, étendues sur des distances plus ou moins grandes, distinctes ou superposées et confluentes, elles sont visibles dans les zones d'extraction et surtout dans un chemin pentu allant rejoindre le bord d'étang. Un embarcadère aurait pu être aménagé en ce lieu.


Gouldeau ornières a 
Gouldeau autres ornières
Fig.   Gouldeau, ornières en pleine garrigue : vue vers le nord
Fig. - Gouldeau, mêmes ornières : vue vers le sud


Gouldeau, autres ornières a
Gouldeau, autres ornières b
Fig.   Gouldeau, autres  ornières sur chemin d'accés.
Fig.   Gouldeau, autres  ornières sur chemin d'accés. Vue ascendante vers le nord.


Puits

Deux puits, non mentionnés dans la « Carte archéologique » (Ugolini et Olive), sont enfin présents à Gouldeau.

 L’un se situe au nord, près de l’A9. Déjà connu à Lespignan et d’origine imprécise, il a fait l’objet d’une réutilisation moderne car la présence d'une grille ferme son ouverture supérieure en laissant toutefois émerger un figuier qui s’y est enraciné. De l'eau est visible au fond, accessible par une brêche latérale.


Rocher et puits nord b
Rocher et puits nord
Ouverture latérale puits nord
Rocher en mur, à gauche, et puits nord, à droite
Rocher en mur, à gauche, et puits nord, à droite. Autre vue.
Puits nord de profil et brêche latérale




Puits nord
Puits nord intérieur
Puits nord vu de dessus et figuier sortant par l'ouverture supérieure
Puits nord, intérieur vu par la brêche latérale et racines de figuier



L’autre, repéré par A. Lopez (2018) et présumé de même nature, est plus curieux et d’une possible origine antique. Situé au sud-est, il présente l’aspect extérieur d’un «igloo» avec son contour grossièrement hémisphérique et est, lui aussi, sommé d’un figuier(Fig.16). Le sommet, masquée par cet arbre, n’est pas accessible. Une large ouverture béante orientée vers le sud-ouest, se présente comme une entrée que surmonte un linteau. Bien qu'oblitérée largement par le figuier, elle permet d'apercevoir l'intérieur, à aspect de "cabane". Deux orifices latéraux bas situés permettent de discerner également l’intérieur à contrejour. Les blocs à l’aplomb de l’un d’eux ont été creusés en gouttière verticale (90 cm/10 cm) énigmatique ayant pu permettre le passage d’une corde (?) (Fig.17). Par ces deux trous et par l'"entrée" (fig. )on y aperçoit une dalle, présumée jusqu'ici de couverture, en fait plaquée contre la paroi, creusée d'une "fenêtre" géométrique carrée et montrant tout autour des traces d'outils de carrier.



Puits 1 Gouldeau ensemble 
 Gouldeau cabane d
Gouldeau cabane c 
Fig. - La.cabane envahie par un figuier.  Extérieur vu du sud-est
Fig.  Extérieur vu de l'ouest. La "gouttière" est visible un peu à droite du centre
Fig.  - Entrée, encombrée par des ronces et le figuier.
L, linteau

Fig.   - La "cabane-puits" de Gouldeau. Vues extérieures



Puits Gouldeau extérieur détail
Fig. - La gouttière et l'orifice qu'elle surmonte, détail



Gouldeau cabane b

Première photo intérieur cabane

Fig. - Vue de l'intérieur par une brèche, face à l'entrée. E, entrée - F, figuier - L, linteau. La plaque fenêtrée est perceptible sur la gauche

Plaque fenêtrée

Fig.   - La "cabane-puits" de Gouldeau. Vues intérieures


Batiments annexes "Vivios-Valère"

Sur la zone de Gouldeau, une aire de dispersion de céramiques, bien identifiées, où amphores et vaisselle sont nombreuses, permet de localiser des bâtiments proches – habitat, fixe ou temporaire ? – que le réseau des chemins parait relier directement à Vivios .L’intensité de l’exploitation, qui a dû employer un nombre important de travailleurs, se lit notamment dans les quelques structures de bâtiment, habitat et/ou édifice de travail, mis au jour dans deux des aires d’extraction, avec un matériel archéologique significatif.
Sur la zone de la source Valère entre les premiers fronts de taille orientaux de la carrière homonyme et lors d’un parcours progressif en direction de Vivios à travers les collines et leurs pelouses de garrigue « écorchée », on peut encore observer, d'ouest en est, une série de quatre concentrations de blocs initialement accompagnés de mobilier. Selon Pomarèdes et Ginouvez (1991) puis Giry (1994), il s’agirait des traces de 4 espaces construits, tous en pierres sèches, couverts de tuiles (tegulae). En gros contemporains, ils auraient fonctionné durant le haut Empire (Ier et IInd siècles) donc pendant au moins 2 siècles et étaient vraisemblablement liés à l’exploitation des carrières.
« Vivios-Valère 2 » était un bâtiment dressé sur monticule, à pièce unique de 70m2 (14x5 m), formé de gros blocs aujourd’hui en désordre, et vraisemblablement destiné au travail (très nombreuses amphores, faible quantité de vaisselle de table et de cuisine). Il aurait été utilisé
 « Vivios-Valère 3 », deuxième bâtiment de plus grandes dimensions, mesurait environ 125 m2 (14 x 9 m) et était établi sur un socle calcaro-gréseux. Une partie des blocs de ses murs conserve encore son alignement côtés nord, en deux parties, et ouest. Le mobilier observé là se composait de tegulae, dolia et sigillées claires B anciennes. Il s’agirait donc encore d’une permanente ».
Vient enfin un ensemble bâti plus bas en aval des 2 constructions précédentes et opérationnel en même temps. Il devait être beaucoup plus imposant (environ 20x15m soit 300m2), ceinturé par un mur ou un fossé-drain, et flanqué au sud-ouest d’une possible construction annexe, d’environ 112m2(14x8m). Les amphores dominaient nettement parmi le lot des céramiques.


Annexes prés Valère 1
Annexes prés-Valère 2
Annexes prés-Valère 4
Annexes près  Valère 3



Fig. -   Cl, massif de la Clape, en arrière de l'étang de la Matte (E)
 Vestiges de constructions annexes situées près de la Source Valère et sa carrière

Datation

Elle est controversée. Pour Bessac (1990), il s’agirait de vestiges modernes aussi bien en ce qui concerne l’habitat que les traces d’extraction, l’outil invoqué étant une « escoude à tranchant étroit », modèle récent. Par ailleurs, encore pour le même auteur et surtout d’après Pomarèdes et Ginouvez (1991), « il y aurait tout de même des indices d’une occupation et peut être d’une activité d’extraction antique basée sur les deux premiers siècles de notre ère » (in Ugolini et Olive).
Pour être simples et mesurées, l’ampleur et l’implantation de ces infrastructures ne signalent pas moins l’importance économique de ce secteur d’activités. Le domaine de Vivios est idéalement placé pour en assurer la gestion et mettre en oeuvre la cohérence d’une logistique servie par des bâtiments d’exploitation et/ou de service, situés au plus près à la fois des sites d’extraction et du rivage. On peut en effet localiser, non aux Rompudes comme le pensait Giry, mais plutôt au bas de la Cambrasse et/ou du chemin de Valère 35 des points d’expédition de ces matériaux lourds, selon une articulation bien connue pour ces carrières au bord de l’eau.

Alimentation en eau

Elle reste un problème complexe pour le site de Vivios où l’eau, on l’a vu, coulait à flots.

La source Valère

La seule ancienne source connue de nos jours dans les environs est celle de Valère, éventuellement utilisée par la villa et les diverses installations du domaine. Situé dans un petit "cirque" rocheux qu'occupent des Sureaux, Figuiers et Oliviers, ce point d'eau semble aujourd'hui définitivement tari bien qu'une certaine humidité traduite par la végétation, s'y manifeste encore. Giry (1998 et in Ugolini & Olive, 2013, p.253) a signalé qu'elle "a été aménagée à l'époque romaine" et que l'"on conserve plusieurs bassins bétonnés liés à un aqueduc", structures à priori non identifiables aujourd'hui. Seuls, "des blocs d'architecture", dont un en équilibre à l'aplomb du site (Fig.) et montrant des traces d'outil de carrier peuvent être encore observés. Une étrange particularité est la présence d' Acanthes, plus d'installation moderne que reliques improbables de l'Antiquité romaine qui en fit un usage ornemental (Pline l' Ancien).
Outre le Ravin, dont le site semble bien proche, l’approvisionnement des habitants pourrait aussi avoir été assuré par un ou des aqueducs, signalés par l’abbé Durand et indiqués par les éléments réemployés par l’étrange Trône, au nord de Vivios.

Valère vu du sud
Valèrevu de l'ouest
fig. - Valère vu du sud
Fig. - Valère vu de l' ouest




Acanthes 1
Acanthes 2
Fig. - Acanthes dans les ruines de Valère
Fig. - Les mêmes : détails


Le « Trône »


Un curieux « monument » (Fig….) dont la signification exacte n'est pas encore élucidée est visible au niveau de la première des deux bifurcations conduisant au site. Située en bord de route, au flanc du talus gauche qu’elle contribue à renforcer, elle présente l'étrange aspect d'un "siège" désigné, faute de mieux, sous le nom de "trône" . Il est édifié en blocs de calcaire coquillier, renfermant des fossiles de Bivalves, de Chlamys tournali (Pectinidae) et pour la plupart creusés d'une gouttière, particulièrement visible sur les deux "accoudoirs", signant bien leur réemploi et, sans conteste, parties d’un aqueduc dont le tracé ne devait guère être très éloigné. Ces blocs presque "cyclopéens", se situant à quelqus 200m de la villa de Vivios, site gallo-romain le plus proche actuellement connu, il n’est pas exclu de voir dans le «trône» l’indice qu’a pu exister un mode d’approvisionnement en eau de la villa depuis les pentes orientales du Puech de l’œuvre, où, cependant, aucune source n’est actuellement connue. Le "trône" aurait été aménagé après récupération à une époque et dans un but inconnus, solidement "ancré" dans le talus et y résistant aux intempéries. Il ne semble pas que Durand, Giry et autres en aient fait la moindre mention.


Trône vue oblique  gauche 
Trône vu de face 
Trone, vue latérale droite détail 
Fig. - "Trône", vue oblique gauche
Fig. - "Trône" vu presque de face
Fig. - "Trône", vue latérale droite. Détails : le calcaire coquillier et la gouttière  d'aqueduc (G) dans l'"accoudoir" gauche.


Comparaisons

Villa de Fount-de-Rome (Fleury)

La Villa de Vivios est très différente de celle dite "Fount de Rome", située de l'autre côté de l'Aude, au pied du massif de la Clape et sur la commune de Fleury. A l'abandon et envahi par des plantes de Garrigue, ce site ne présente pas l'extraordinaire réseau de canalisations qui est la principale caractéristique de Vivios.En revanche, les murs sont bien conservés dans leur ensemble et offrent une particularité remarquable non signalée par les fouilleurs des années 60 (?). Le granulat des mortiers liant ou recouvrant leurs blocs de construction est littéralement "truffé" de conchyliorestes, coquilles fragmentées ou plus souvent entières de Coques (Cardium) et de Palourdes (Tapes), qu'ils aient été recueillis sur les plages avec le sable de mortier ou d'origine alimentaire. Contrairement à Vivios (Lopez,2020a), Pectens et Huitres semblent absents, à moins qu'ils ne se trouvent dans des dépotoirs, non signalés jusqu'ici. Le contexte malacologique parait donc très différent, plus orienté vers la mer que vers la lagune du Palus Helicé ( Lopez, 2020 b).


Fount de Rome 1
Fount de Rome 2
Fig. - Fount de Rome, mur : coquillages entiers inclus dans le mortier
Fig. - Autres coquillages entiers incorporés dans  le mortier.




Villa de la Vernède (Nissan-lez-Ensérune)

Par ailleurs, la pauvre mosaïque de Vivios ne peut rivaliser avec celle de la Vernède, autre villa romaine située dans le domaine du même nom, aux confins de l'Hérault, sur Nissan-lez-Ensérune, aujourd'hui très endommagée elle aussi. Ses motifs géométriques sont présentés dans la carte archéologique de la Gaule (34/5) où la description d'ensemble est toutefois incomplète. Ugolini et Olive (2013, p.381) n'y citent en effet qu'un Amour poursuivant un animal (en fait un chien bien reconnaissable et tenu en laisse!) et font abstraction des autres figures d'un dessin soigné: vigne avec de beaux raisins, acanthes, biche de Cervidé (Clavel-Lévêque & Lopez,2016).


Présentation commentée in situ

Dans le cadre de l’Itinéraire de Découverte d’Archéo-histoire et Nature (IDAN),annoncé plus haut et couvrant aussi le secteur de Vendres, a été prévu un ensemble de panneaux descriptifs, deux d'entre eux, ébauchés ci-dessous , devant, dans le futur,commenter le site dans la mesure où il aura été rendu "présentable".


Panneau Vivios 2
Panneau Vivios




BIBLIOGRAPHIE


Robert Bedon, 1984 - Les Carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris, Picard, 1984

Bessac,J.C.1989 -
Rapport d’expertise des carrières de Lespignan (1989), SRA Languedoc-Languedoc-Roussillon, 1990.


Bouet, A. 2003 - Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, 2 vol., EFR, Rome, Vol.II, Catalogue, 2003, p. 141-142.

Clavel-Lévêque, M.et A. Lopez, 2016 - À propos des mosaïques romaines du château de la Vernède (Nissan : ouest de l'Hérault) et leurs représentations figurées. Bull. Soc.Et.Sci.nat Béziers, N.S., T.XXVIII-69e volume, années 2015-2016, , p. 34-49.

Clavel-Lévêque, M.et A. Lopez - Moncet, 2021 - La Fabrique de la villa Vivios (Lespignan, Hérault) in "La double Vie du Patrimoine". La culture dans la dialectique du visible et de l'invisiblee. Ed.scient. Laure Lévêque & al. Humana Scientia, La Recherche en actes, Effigi, p. 69-101.

Clavel-Lévêque, M.et A. Lopez - Moncet, 2021 amendata.com › les-carrieres-romaines-de-la-cambrasse-a-gouldeau

Durand, Th., abbé,1895 - Lespignan. Étude historique et archéologique Imprimerie générale J.Sapte, Béziers, 1895, 74 pp.

Ferdière, A.,2015 - “Essai de typologie des greniers ruraux de Gaule du Nord », RACF, 54, 2015, https//journals.openedition.org/racf/2294 Stephan Martin (ed.), Rural granaries in Northern Gaul (Sixth Century BCE-Fourth Century CE), Boston-Leyden, Brill, 2019.

Fouillet,N. et G. Morillon avec la collaboration de M. Poux, 2017 - « Les greniers maçonnés ruraux antiques à plancher surélevé dans les provinces des Gaules et des Germanies », in F. Trément, "Produire Transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d’interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d’exploitation et des structures de production agro-pastorale, Bordeaux, Aquitania, 2017, p. 389-406

Lopez, A.,2019 - L'Uvette ou Raisin de Mer (Ephedra distachya : Ephedracées), un marqueur biologique témoin d'anciens rivages dans le Sud-biterrois.  Bull. de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, 2019, p.11-31.

Lopez,A., 2020a - Le Pecten glabre et autres coquillages marins très appréciés dans le Biterrois durant l'antiquité. Leur origine probable. Bull. de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, p.45-71.

Lopez, A.,2020b -
Fount de Rome : description et photos originales Sur Internet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fount_de_Rome

Pomarèdes, H et O. Ginouves, 1991 - Etude d’impact archéologique et sondages. Lespignan : Vivios/ Les Rompudes/ Les Sèches, 1991, p. 19.

D. Ugolini et C. Olive, 2013 - Carte archéologique de la Gaule, Le Biterrois, 34/5, Lespignan, 2013, p. 243- 253 et Nissan-lez-Ensérune, p. 381-382.


A réaménager et compléter